AccueilAccueil  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Hachiya Mai ▬ « Don’t trust anybody, life is safer that way. »

Aller en bas 
AuteurMessage
Hachiya Mai
ASPAMOUR
ASPAMOUR
avatar

› MESSAGES : 4
› ÂGE : 24
› AVATAR : Kim Boa [SPICA]
› SITUATION SENTIMENTALE : Célibataire.

MessageSujet: Hachiya Mai ▬ « Don’t trust anybody, life is safer that way. »   Dim 29 Juin - 16:18


Come out and play


Hachiya Mai ▬ Mai ▬ Etudiante et caissière à temps partiel / Possesseur ▬ Célibataire ▬ Kim Boa [SPICA]


Pouvoir ▬ Air (tornade)
Description du pouvoir ▬ J’aurai préféré naître sans pouvoir qu’avec un tel pouvoir. Je n’ai jamais désiré faire du mal à qui que ce soit, je n’ai jamais souhaité avoir un pouvoir obscure. J’aurai préféré ne pas en avoir du tout qu’en avoir. Beaucoup ont le rêve d’en avoir un, se sentant certainement supérieur, au-dessus des autres mais malheureusement, ceci n’a jamais été mon rêve et ne le deviendra jamais.
Malheureusement avec mon pouvoir, j’ai la capacité de déclencher des tornades meurtrières, rasant tout sur leur passage. Ce que j’aimerai n’être qu’un souffle, un effleurement devient rapidement une tornade monstrueuse. Chaque fois que je suis face à mon pouvoir, je deviens tétanisée, ne sachant pas quoi faire ou comment le contrôler, le rendre moins obscur. Bref, tout cela pour dire que j’ai la possibilité de déclencher des tornades tuant tout sur leur passage.
Détermination du pouvoir ▬ Obscure


I live   Caractère
Je suis comme je suis


A cause de mon parcours dans un orphelinat, j’ai appris à être totalement indépendante, à ne dépendre que de moi-même et jamais des autres. Dès mon plus jeune âge, j’ai dû apprendre à faire ma propre cuisine, à faire mon lit, à me laver toute seule, bref, à être débrouillarde, à devenir plus mature que mon âge. Certes, cela a eu quelques conséquences sur mon enfance, qui devait être « innocente », sans aucun souci, mais quelque part, cela m’a permis d’être rapidement indépendante, de m’auto suffire. Grâce à cela, je n’ai, quelque part, pas été un poids pour mes parents adoptifs puisque j’étais très indépendante pour mon âge. Malheureusement, ce côté indépendante, m’a rendu aussi très discrète, voir même parfois asociale. Je n’ose pas aller faire les autres, je préfère rester dans mon coin, loin des regards. Je suis quelqu’un d’assez solitaire. Ce n’est pas que je crains la compagnie des autres, ou légèrement, mais j’ai surtout peur de m’attacher aux gens autour de moi et d’être de nouveau abandonnée. Je pense que ma solitude vient de ce fait, je préfère tout faire moi-même, vivre pour moi-même, être seule, qu’être entourée des autres. Je n’ai plus vraiment d’espoir concernant la compagnie des autres. Finalement les seules personnes qui me rendent moins solitaires sont mes parents adoptifs. Pourtant, par le passé, dans mon orphelinat, je ne manquais pas d’amis, mais les voir partir au fur et à mesure m’a donné ce sentiment d’abandon, une nouvelle fois. Je crains trop d’être de nouveau toute seule dans ce monde, d’être de nouveau rejetée, alors je préfère être seule, même si cela est très difficile car au final, la nature reprend toujours le dessus. Néanmoins, cela ne m’empêche pas d’être aussi douce que du coton. Je suis une personne qui, quelque part, a besoin d’affection et qui a besoin d’en donner, qui a besoin d’être gentille aussi, pour me sentir un minimum acceptée. J’ai tellement peur d’être totalement rejetée, que je fais tous les efforts possibles et inimaginables pour me sentir un peu acceptée par les autres, d’où ma gentillesse parfois abusive. Certaines personnes disent de moi que je suis fausse, que ma gentillesse est trop immense pour être vraie, peut-être qu’au début c’était le cas, pour éviter tout conflit, pour être aimée des autres, mais au fil des années, c’est devenu un trait de mon caractère.
La vie m’a appris aussi que ne dire que la vérité n’est pas une bonne chose, cela peut entraîner quelques quiproquos, comme quelques animosités. C’est pour cette raison que malgré ma douceur, ma gentillesse, je mens assez souvent. Bien sûr, je ne mens pas pour des détails futiles, je mens pour la bonne cause, enfin c’est ce que je tente de me dire pour avoir bonne conscience. Pour moi le mensonge coule de source, je n’ai aucune difficulté à mentir et je suis tellement crédible que personne ne se doute une seconde de mon énorme mensonge. Mentir apporte plus de satisfaction que de dire la vérité et puis, cela permet de mieux se protéger que la vérité. A force de ne dire que des mensonges, j’ai tout de même été poussée à être angoissée, enfin légèrement. Parfois la nuit je ne parviens pas à dormir, il m’arrive de faire des crises d’angoisse, mais cela n’est pas dû qu’au mensonge, depuis que je suis bébé, je fais des crises d’angoisse. Je ne sais pas d’où cela vient, certainement de mon abandon, mais un rien peut me faire angoisser et j’angoisse encore plus depuis que j’ai découvert mon « pouvoir ».

Mais au final qui suis-je vraiment ? Et si je n’étais ainsi que par conformité ? Que pour plaire aux autres ? Que pour tenter de me faire accepter dans cette société qui m’a tant rejeté et qui me rejette encore ? Et si finalement je cachais mon véritable tempérament ? Et si finalement je n’étais pas réellement ainsi ? Et si à cause de mon pouvoir je dévoilais mon véritable moi ? Et si finalement à force d’être ainsi je suis devenue ainsi sans l’avoir réellement été ? Suis-je née ainsi ou suis-je ainsi pour plaire aux autres ? Au final . . .  qui suis-je vraiment ?




Before   Histoire
La tête dans les étoiles ...

24 Mai 1993 : Dans un petit village, du nom de Nakanohama, là où une faible densité de population tentait de subvenir à leur besoin, en vain, les températures du mois de Mai étaient légèrement en baisse par rapport à la moyenne. Le vent ne cessait de souffler depuis quelques heures, laissant quelques feuillages balayaient les rues fantômes tel un film d’horreur, chacun préférant restait au chaud, à l’abri, chez eux. Malgré le vent violent qui faisait écho dans le village, quelques cris étaient clairement perceptibles dans une petite auberge qui ne payait pas de mine, quelque peu à l’écart des regards indiscrets. Les cris n’étaient pas n’importe lesquels, c’était les cris d’une femme face à une douleur cruelle : celle de l’enfantement. En sueur, un mouchoir dans la bouche, ses veines ressortant sur son visage, elle avait quelques difficultés à faire sortir sa progéniture. Les conditions n’étaient clairement pas favorables à un accouchement et celles-ci en étaient même devenues dangereuses tant pour la mère que pour l’enfant, enfin . . .  les enfants. En effet, la jeune femme, âgée de 23 ans à peine, allait mettre bientôt, si les Dieux le désiraient, au monde des jumeaux, une fille et un garçon, même si elle ne se doutait absolument pas, et pas encore, du sexe de ses deux enfants. Après quelques heures de durs labeurs, et de craintes, les deux bébés finirent par sortir, un par un, à la suite, poussant des cris, faisant face au nouveau monde qui leur était offert. Tenant fermement ses deux bébés dans ses bras, la mère afficha un large sourire, satisfaite de ces naissances, comblée par ces petits êtres qui étaient son sang, sa chair, sa vie. Mais cette joie fut toutefois de courte durée. En effet n’ayant que très peu de moyens, la famille, principalement la mère, devait faire un terrible choix, elle se devait de choisir entre le garçon ou la fille. Nourrir les deux enfants étaient au-delà de leur capacité, et il était certain que l’un allait finir par mourir de famine, il fallait donc choisir. Le choix était néanmoins déjà fait et sans appel. Le garçon allait certainement rapporter plus d’argent avec sa force physique, il allait pouvoir aider ses parents, il allait donc être d’une très grande aide, quant à la fille, elle avait certainement moins d’avenir, le choix était donc fait. Le garçon restait, et la fille partait pour l’adoption.

7 Juillet 2003 : Inspirant profondément, les mains moites, le regard tentant d’être pétillant, j’étais là, face à cette porte, attendant le verdict final, comme si cela signait la fin de toute une vie, ce qui était, au final, indirectement le cas. Le cœur palpitant contre ma poitrine, je ne parvenais pas à rester en place, à cause de la peur, de l’adrénaline, de la joie aussi. J’étais face à des émotions très paradoxales et cela se voyait clairement sur mon visage puisque l’une des employés finit par m’apporter une part de gâteau, me promettant que tout allait bien se passer, que je n’avais rien à craindre et qu’une fille aussi mignonne que moi avait toutes ses chances. J’avais envie de la croire. De tout cet orphelinat, j’étais la plus âgée et celle qui ne parvenait jamais à se faire adopter chaque fois que de longues visites, interminables, se faisaient. J’avais perdu tout espoir à l’âge de 8 ans, n’espérant plus rien de la vie, ni de l’adoption. Comme tout enfant, j’avais toujours souhaité trouver une nouvelle famille, recevoir et donner de l’affection, fêter des anniversaires auprès d’une famille, dormir dans un véritable lit, que l’on vienne me dorloter avec une histoire, me caressant doucement les cheveux avant de tomber dans les bras de Morphée. Combien de fois avais-je imaginé ma famille adoptive ? Combien de fois avais-je serré mon précieux doudou, seul souvenir de ma famille biologique, l’étouffant presque et priant pour que l’on vienne me prendre. Pourtant il n’y avait aucune raison de vouloir concrètement quitter l’orphelinat, celui-ci était chaleureux, les employés étaient très gentils, comme une seconde famille, beaucoup de personnes m’appréciaient et me respectaient, surtout parce que j’étais la plus âgée. Bref c’était déjà comme une autre maison, mais le contexte n’était pas le même, j’avais besoin d’une famille, d’une véritable famille, avoir le sentiment de ne plus être abandonnée, d’être acceptée. Le soir parfois, en regardant les étoiles, je me mettais à pleurer, telle une rivière intarissable.  J’avais le sentiment que dans ce monde je n’avais pas ma place, que j’étais différente, que personne ne me désirait, que j’étais un déchet dans ce monde. J’étais pourtant jeune et j’avais déjà des pensées obscures, négatives. J’avais recherché pendant plusieurs années le bonheur mais je m’étais rapidement désillusionnée, le bonheur, ça n’existait que dans les contes de fée . . . . Jusqu’à aujourd’hui. Aujourd’hui j’avais peut être enfin la chance d’être adoptée par une bonne famille, d’après les dires des employés. J’allais peut-être enfin entrer dans une maison, avoir mon propre lit, mes propres parents, être enfin heureuse, mais je ne devais pas me réjouir d’avance, je devais attendre le verdict, d’où la raison de mon stress intense. Et si encore une fois on m’abandonnait ? Et si finalement je ne méritais aucune famille ? Aucun bonheur ? Et si j’étais malchanceuse ? Et si je ne méritais rien de ce monde ? Et si . . . .

1 Février 2014 : Me tournant et me retournant dans mon lit, maintes et maintes fois, je ne parvenais pas à trouver le sommeil, pour une raison inconnue. Je n’étais pourtant pas stressée, je n’avais rien demain, donc je n’avais aucune cause valable d’être ainsi et pourtant j’avais comme une étrange sensation au creux de mon ventre, comme si quelque chose allait se passer, je n’avais pas quoi, ni comment, ni où, mais j’avais une mauvaise impression. Tentant de chasser ces pensées de mon esprit, tentant de m’endormir en comptant les moutons, après quelques secondes, je finis par ne plus rien ressentir, de manière assez étrange. C’était comme si l’intégralité de mon corps n’était plus présent, comme si j’étais ailleurs. La crainte prit brusquement la place. Que m’arrivait-il ? Étais-je morte ? Pourquoi ne parvenais-je pas à bouger le moindre petit muscle ? Mes pensées allèrent jusqu’à mes parents, adoptifs, qui étaient de sortie ce soir. J’étais donc seule et dans l’incapacité de demander de l’aide. J’allais mourir dans mon sommeil, sans même que personne ne s’en doute. Était-ce ça la mort ? N’étais-je pas trop jeune pour mourir ? Je n’avais presque rien vécu, je n’avais pas assez profité, je ne méritais pas de mourir, comme s’il y avait du mérite à mourir. Tout se passa après très vite. Une douleur, des tremblements, une sensation de changement corporel, des vertiges et puis . . . ça. Des rafales de vents me projetèrent soudainement  contre les murs de ma chambre, me faisant tourbillonner rapidement, dans une avalanche de pluie. Étais-je en train de faire un cauchemar ? Ce n’était pas possible autrement, je ne pouvais pas vivre un tel événement, je ne pouvais pas me retrouver prise dans une tornade dans ma propre chambre, c’était irréel.
Après quelques minutes à tournoyer au-dessus de mon lit, tout s’arrêta, me faisant retomber sur mon lit. Que venait-il de se passer ? Qu’avais-je fait ? Étais-je un monstre ? Était-ce le sort qui s’acharnait sur moi ? Ne méritais-je vraiment pas ma place au sein de cette société ? Qui étais-je réellement ? Pourquoi moi ? Qu’avais-je fait de mal pour mériter un tel sort ? Je savais pertinemment qu’aucune de ces questions n’allait trouver de réponse, cependant je savais une chose, je devais cacher tout ceci à mes parents, je ne devais pas être abandonnée une seconde fois, je devais paraître normale à leur yeux, je devais vivre normalement et surtout, je devais trouver, par moi-même, mes propres réponses.




Mon pseudo est sachi / mufasa, j'ai 20 ans et je suis disponible en fonction de mes libertés. J'aime la Kpop, les kdramas, WooHyun (mon bias) et mon groupe favori est Infinite et j'apprécie moins les olives, les araignées. J'aimerai ajouter que j'espère que le forum fonctionnera bien car franchement, il a l'air cool *O*


© Halloween de Never Utopia



Dernière édition par Hachiya Mai le Sam 5 Juil - 9:12, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hachiya Mai
ASPAMOUR
ASPAMOUR
avatar

› MESSAGES : 4
› ÂGE : 24
› AVATAR : Kim Boa [SPICA]
› SITUATION SENTIMENTALE : Célibataire.

MessageSujet: Re: Hachiya Mai ▬ « Don’t trust anybody, life is safer that way. »   Dim 29 Juin - 16:20

*roulement de tambours*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
LE LOSANGE
ASPAMOUR
ASPAMOUR
avatar

› MESSAGES : 69
› ÂGE : 25
› AVATAR : SUPER SUSHI

MessageSujet: Re: Hachiya Mai ▬ « Don’t trust anybody, life is safer that way. »   Dim 29 Juin - 16:20

Le membre 'Hachiya Mai' a effectué l'action suivante : Détermination

'Détermination' : 1
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://crazymalfunction.forumactif.org
LE LOSANGE
ASPAMOUR
ASPAMOUR
avatar

› MESSAGES : 69
› ÂGE : 25
› AVATAR : SUPER SUSHI

MessageSujet: Re: Hachiya Mai ▬ « Don’t trust anybody, life is safer that way. »   Lun 30 Juin - 7:11

Première membre ! Smile)
Bienvenue et n'hésite pas si tu as des questions ! Very Happy

L'air est l'un de mes pouvoirs favoris, bon choix *-*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://crazymalfunction.forumactif.org
Hachiya Mai
ASPAMOUR
ASPAMOUR
avatar

› MESSAGES : 4
› ÂGE : 24
› AVATAR : Kim Boa [SPICA]
› SITUATION SENTIMENTALE : Célibataire.

MessageSujet: Re: Hachiya Mai ▬ « Don’t trust anybody, life is safer that way. »   Sam 5 Juil - 9:10

Merci beaucoup ♥
En tout cas j'ai fini ma fiche -logiquement- à la base j'avais une toute autre idée de personnage, mais bon . . . j'ai finalement changé parce que ça m'a donné quelques idées d'évolution, bref, j'espère que je n'ai rien oublié !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shimizu Nyo
ASPAMOUR
ASPAMOUR
avatar

› MESSAGES : 34
› AVATAR : Bang Yong Guk
› SITUATION SENTIMENTALE : Alone

MessageSujet: Re: Hachiya Mai ▬ « Don’t trust anybody, life is safer that way. »   Sam 5 Juil - 11:21

J'aime beaucoup ton personnage il est vraiment très intéressant!
Sur ce ...

TASTE OF

FAME



Bienvenue sur Taste of Fame !
Te voilà validé ! C'est donc le moment d'aller faire ta fiche de liens et de rps, ainsi que de demander un logement ou quoi que ce soit d'autres. Et puis bien sûr, tu peux dorénavant rp et aller t'amuser dans le flood !
Bon jeu et que la force soit avec toi \o/


© Madara

_________________
"Je ferais n'importe quoi, Pour calmer ma psychose, Pour me trouver une dose. C'est le début d'une longue descente aux enfers, Qui devient mon univers, J'aimerais tant faire machine arrière, Retrouver des repères, Amère découverte d'un fruit défendu, Dont je ne me passe plus, Le mal prend le dessus, Il a fait de moi une ombre, Je creuse ma propre tombe." Descente Aux Enfers
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Hachiya Mai ▬ « Don’t trust anybody, life is safer that way. »   

Revenir en haut Aller en bas
 
Hachiya Mai ▬ « Don’t trust anybody, life is safer that way. »
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Cyberpunk Reloaded
» ACQUISITIONS [ACQUIRE]
» Visite de Nebisa de Malemort... in Chieuse need trust
» In nanars we trust!
» Faith, trust and pixie dust

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
SIMASIAN :: cemetery :: archives-
Sauter vers: